Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALPES ET PYRENEES

ALPES ET PYRENEES

Le Pyrénéen vous invite dans le monde de la montagne à la rencontre de la Faune et de la flore du massif Alpin au massif Pyrénéen et plus précisément l(Ariége)

Publié le par le pyrénéen
Publié dans : #randonnée montagne
Un jour à tutoyer les sommets

Le rendez-vous est pris, l’équipe part pour ce sommet de la Haute Maurienne.

Après une longue attente, occupée par une préparation plus que prometteuse, nous voilà ce soir enfin prêts pour réaliser cette ascension. La nuit sera courte mais délicatement apaisante sous les étoiles dans cette haute vallée.

Le défi s’annonce des plus beaux, une altitude de 3593m avec un dénivelé de 1600m pour rejoindre ce sommet « LE LEVANNA OCCIDENTAL ».

Ecot, nous voilà, sur ton parking la voiture stoppe dans un jour naissant, il est 5h30, les sacs sont prêts et l’équipe s’engage sur le sentier derrière les hautes cimes, l’astre solaire dispense sa lumière au travers de cirrus.

Vivifiant, malgré une température de 8°C, la bise en ce début de matinée refroidit nos corps, nous cheminons le long du cours du l’ARC et nous dirigeons nos pas vers ses sources.

A la simple vue du panorama grandiose, les yeux pétillent dévorant de toutes parts les sommets et glaciers qui nous entourent. L’esprit s’évade et le pas devient léger. Chacun d’entre nous se prépare intérieurement pour cette ascension.

Nuances de bleu, de blanc et de gris, la sente entre dans le domaine du rocher et flirte avec les langues glacières. Les appareils photos crépitent sur ces jeux de lumières et de contraste.

Nous franchissons les sources de l’ARC, le sentier se perd dans les éboulis, pas à pas nous cherchons les cairns dans cet espace de roche. Un jeu de cache-cache dans ce décor minéral, l’énigme du passage vers le col dévoile ses contours avec parcimonie

Allez, un dernier effort nous traversons une langue de neige pour parvenir au col de Pariotes, c’est la pause. Devant nos yeux, le sommet nous toise, il semble à nos pieds, la suite va nous démontrer le contraire.

Otez moi d’un doute, le sommet s’éloigne au fur et à mesure de notre approche, il joue avec le repli de terrain pour mieux disparaître à notre vue et réapparaitre encore plus loin. Nous gravissons son flanc au travers d’énormes éboulis.

Continuant notre progression, nous gagnons le haut des langues de glace, encore 450 m à gravir avant de tutoyer le sommet. Chercher au fond de soi, cette force qui nous pousse et nous défie de mettre un pied devant l’autre.

Combattre dans la difficulté, une belle leçon de vie, les douleurs s’effacent à l’approche du graal, la crête sommitale se dévoile sous nos yeux. A cette vue, un regain d’énergie traverse les muscles. Regardant l’objectif, toute trace de fatigue quitte le corps pour se propulser vers la cime.

Improbable panorama à 360°, le doute ressenti au pied des glaciers s’estompe, ta présence toute au long de cette ascension a guidé mes pas pour gravir une à une les difficultés sans fléchir, tu occupes mes pensées et mon corps se libère de ses craintes.

Devant moi le sommet s’expose sous un ciel bleu, le vent balaye l’arête, nous resterons en retrait pour éviter de prendre des risques sous les assauts du vent.

Enlaçant mes co-équipiers, nous saluons cette ascension, un regard sur le Grand Paradis, le Mont-Blanc, le Cervin, l’envers des Jorasses…

Nous prenons le chemin du retour vers le refuge du Carro, l’inquiétude me gagne à l’idée de descendre par le glacier… hanté peut-être pour le souvenir de la « Dent de Crolles ».

Tremblant intérieurement, je suis et chausse les crampons… premier pas, une vision de glissade traverse mon esprit… je fais le vide avant d’enchainer.

Avancer sur ce terrain de neige est une renaissance et une mise en confiance. Nous rejoignons les zones rocheuses pour une pause bien méritée. Je relâche la pression.

L’arrivée au refuge du CARRO est la bienvenue, nous posons nos sacs et profitons de la terrasse avant l’orage.

Entente et ambiance cordiales, le gardien et son équipe nous reçoivent dans le plus haut refuge de la Vanoise… nous prenons rendez-vous avec ce site magnifique pour découvrir les autres sommets. Le lever du jour nous conforte dans cette optique le soleil jouant avec les nuages embrase le sommet et le glacier de l’Albaron…

Un grand merci à Carole - Alain et Francis

Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets
Un jour à tutoyer les sommets

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog