Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALPES ET PYRENEES

ALPES ET PYRENEES

Le Pyrénéen vous invite dans le monde de la montagne à la rencontre de la Faune et de la flore du massif Alpin au massif Pyrénéen et plus précisément l(Ariége)

Publié le par le pyrénéen

Une envie d’évasion, les montagnes se découpent dans le ciel bleu nuit, la préparation du petit déjeuner un œil sur l’écran de l’iPad pour appréhender l’évolution de la météo au cours de cette journée.

Nuages évoluant sur les cimes sans risque de précipitation. Le sac est prêt, le moteur de la voiture ronronne… c’est le départ vers Prapoutel

En moins d’ ½ heure, voilà le parking au point de départ de l’espace nordique, lieu de retour pour cette fin de journée qui commence sous les meilleurs hospices.

Jaugeant les pas pour prendre un rythme cadencé, le sac à dos se cale à sa place sur le bas des reins. Se diriger vers le col de Bédina et sous la cime de la Jasse. Le soleil n’a pas encore franchi les crêtes, la montée s’annonce fraiche.

Ouvrant l’esprit à l’écoute de la nature, le bruit des bâtons résonne dans les sous-bois. Des bruits de sonnailles tintent dans les alpages, au détour d’une clairière quelques vaches croisent mon regard.

Utilisant la force d’appui des bâtons, la progression aux travers des alpages mène sur la crête surplombant la piste du lac. Entrant alors dans le domaine du rocher, le sentier se perd en l’absence de cairn… l’œil averti retrouve alors cette marque symbolique des montagnes servant à guider le randonneur au fil de ses pérégrinations…

Regardant aux alentours, espérant croiser la présence de chamois ou de tétras, un son attire la vision vers la crête sommitale. Un point se détache, des randonneurs sont déjà au sommet de la Jasse.

Note d’inquiétude quand perdant la trace dans l’éboulis au pied du couloir, l’œil cherche sans succès la sente qui dessine sa trace aux travers de cet amas de rochers… elle réapparait plus haut dans cette pente. Enjambant alors des dizaines de blocs, les yeux aperçoivent un cairn salvateur et la marque « jaune » de cette trace sauvage.

Encore quelques dizaines de mètres à gravir avant d’atteindre la cime de la Jasse, un petit groupe de la colonie du Pré de l’Arc est arrivé tôt pour profiter du paysage au lever du soleil. Mais les nuages d’altitude ont un peu gâché leur joie… le Mont-Blanc est resté derrière une nébuleuse.

Entre deux départs possibles pour la suite de la journée, je guette le sentier en direction du Pic de la Belle Etoile… très aérien. Seul la solution est donc le lac du Vénetier et la remontée en direction du Pas de la Coche.

En cette heure encore matinale, les premiers randonneurs franchissent le verrou du lac, observant leur progression en allant à leur rencontre, l’œil observe les pentes où des bouquetins peuvent paître profitant du calme apparent.

N’écoutant que le bruit de pas sur la sente, le passage à côté du habert d’Aiguebelle n’est qu’une formalité au cours de cette journée, le Pas de la Coche est rejoint après avoir franchi les cinq cent mètres de dénivelé.

Approchant du col, les sons de randonneurs parviennent du lac de la coche… piscine d’Eté en cette période de forte chaleur dans les vallées. Les bords du lac ont été pris d’assaut. Délaissant ce miroir, la crête et le sentier vers le col de la mine de fer attendent pour la suite de cette randonnée.

L’inconnu s’annonce, première sur ce secteur de Belledonne, souvent repéré sur les cartes et les topos, mais l’occasion ne s’était jamais présentée de prolonger dans cette direction… vue sur les Rousses, le lac du Verney et au fond de cette haute vallée le barrage de Grand Maison.

Traversant des paysages alpestres et ayant constaté l’absence de panneau indicateur au Pas de la Coche, le regard cherche un indice pouvant confirmer le passage vers le Col de la Mine de Fer…

Il faudra attendre une heure de marche et la rencontre avec ce randonneur venant du col et rejoignant le Pas… Fixant alors un objectif à la poursuite de la randonnée, une pause s’impose avant de reprendre du dénivelé positif dans les jambes… un rocher orienté Sud fera l’affaire.

Trace claire, la sente serpente dans la pente et dans les rochers. Arrivant à la brèche de Roche Fendue, l’œil est averti d’une présence dans la falaise. Des bouquetins femelles et cabris de l’année, ils cherchent quelques touffes d’herbe à l’abri du soleil, les jeunes jouant dans ce dédale dérochent quelques pierres qui partent en éclatant dans le vide.

Une vue sur le col de la Mine de Fer, mais avant il faut plonger dans cette descente remplie de blocs rocheux tous les uns plus gros que les autres. Encore perdue cette trace ! Posé sur un point haut scrutant les alentours, un cairn se dévoile entre deux affleurements.

Descente réussie, dernière montée ! Non il reste le retour à Prapoutel depuis le pont de la Béta. Mais avant il faut franchir le col et rejoindre en contrebas le lac de Crop. Une deuxième pause pour recharger les batteries avant de terminer cette descente jusqu’au pont.

Encore un dernier effort pour cette belle journée bien remplie par des paysages de montagnes et de faunes alpestres. Un peu de monde au bord des lacs, et alors ! L’essentiel reste le plaisir de la marche.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog